Loading

Ce texte est une reproduction du discours de Mme Emiko MOINE-MAEDA le 12 Mars 2016 à Grez-sur-Loing, publié avec son aimable autorisation. Quelques notes entre crochets viennent agrémenter la compréhension du texte, lu à l’occasion d’une remise de titre pour Naoya UEHARA, donateur d’un tableau pour le Musée de la Mairie.

Depuis la création de la rue Kuroda en Octobre 2001 jusqu’à aujourd’hui, 15 lauréats [du prix Yoshii] se sont succédé, dont 11 ont séjourné à l’hôtel Chevillon [La Fondation Grez-sur-Loing, rue Wilson], ont découvert la beauté du paysage et l’accueil chaleureux des villageois. A leur retour à Kagoshima, chaque lauréat présente le fruit de son séjour en France et de ses voyages en Europe. Leur passage à Grez jour pour chaque artiste le rôle d’un révélateur d’un talent jusque là inexprimé et qui se libère dans leurs œuvres.

Le portrait de Geneviève Fleureau peint par Seido Yamashita qui a séjourné à Grez en 2012 a été acheté par le musée privé Nagashima [ce fût le premier portrait acheté par ce musée]. Lorsque nous étions à Kagoshima en novembre dernier, mon mari et moi-même avons revu la plupart des lauréats, et nous sommes allés voir l’exposition des Beaux Arts organisée par le journal Minami Nihon. Le peintre Toshiyuki Komai qui a séjourné 3 mois à l’hôtel Chevillon a présenté un paysage de grand format représentant un champ de fleurs non loin de Grez, intitulé « Le retour à la maison ».

En Novembre dernier a été fêté le 70e anniversaire de cette exposition, dont la naissance remonte à 1946, juste après la guerre, une période où Kagoshima était en pleine reconstruction. Deux artistes nés à Kagoshima ont donné une impulsion à la vie culturelle et artistique. C’était les peintres Ebihara et Yoshii dont les noms ont ensuite été donnés au Prix de Paris, qui a été rebaptisé en alternance Prix Ebihara et Prix Yoshii.

C’est en 1959 qu’à été décernée la première bourse grâce au soutien des organismes privés et publics de Kagoshima. Le premier lauréat, le peintre Otaké, a séjourné à Paris en 1960 et y a été accueilli par Léonard Foujita, qui lui-même était en étroite relation avec Ebihara. Foujita est venu à Grez, où il a peint la rue de Hulay, entre la maison de Monsieur le Maire et celle de Geneviève Fleureau !

DSC_0032
M. Naoya UEHARA et Mme Emiko MOINE-MAEDA

 

DSC_0083
M. Naoya UEHARA

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top